S'identifier
Saisissez votre nom d'utilisateur pour La Ligue pour la Protection des Oiseaux Auvergne.
Saisissez le mot de passe correspondant à votre nom d'utilisateur.

Vous êtes ici

Diminution des oiseaux communs : Constat partagé en Auvergne

22/03/2018

Ce 20 mars 2018, le Muséum national d’Histoire Naturelle et le CNRS de Chizé ont rendu publics les données de 2017 confirmant la disparition dramatique des oiseaux dans les campagnes françaises. Les chiffrent témoignent de la régression de nombreuses espèces des milieux agricoles, avec une réduction de plus d’un tiers en 15 ans. En Auvergne, le programme STOC décliné au niveau régional par la LPO Auvergne a conduit à des bilans similaires.

Ce constat s’appuie sur un dispositif de veille des oiseaux communs mis en place dans les années 90 par le Musée national d’Histoires Naturelles, le programme STOC (Suivi Temporel des Oiseaux Communs). Ce programme s’appuie  sur la participation de nombreux ornithologues amateurs et professionnels. Le STOC produit des indicateurs annuels sur l’abondance de plusieurs espèces qui se répartissent dans plusieurs grands types de milieux (urbains, forestiers, agricoles).

En Auvergne, ce sont plus de 60 bénévoles et plusieurs salariés de la LPO Auvergne qui réalisent annuellement un suivi des oiseaux communs près de leur domicile, par le biais de points d’écoute (programme STOC-EPS) ou par baguage des oiseaux (programme STOC-Capture). Plus de 100 carrés ont ainsi été inventorié depuis 2002.

Le constat à l’échelon régional est similaire à ce qui se passe au niveau national : une chute franche des populations d’oiseaux communs.

Les résultats indiquent une diminution de 95% des populations de Vanneau huppé et de 75% pour le Pipit farlouse, deux espèces qui dépendent strictement de ce milieu de vie agricole.

La communication a été très appuyée vers les diminutions en milieux agricoles mais rappelons que le programme STOC s’intéresse également aux espèces spécialistes du milieu bâti pour lesquelles la diminution en Auvergne est de 14%. Nous pouvons notamment citer le cas de l’Hirondelle rustique et du Chardonneret élégant qui ont respectivement perdu un tiers et la moitié de leur population en Auvergne au cours de ces 15 dernières années.

A contrario, les espèces « généralistes », semblent s’adapter plus facilement à différents milieux et voient au contraire leurs effectifs augmenter de 10%.

L’augmentation des espèces généralistes face au déclin des espèces spécialistes montre bien la disparition de milieux particuliers et la dégradation des espaces naturels (artificialisation du territoire, suppression des haies, destruction de zones humides…).

Outre sa participation à une meilleure connaissance des effectifs, la LPO Auvergne mène des actions de conservation afin d’agir de manière proactive contre cette disparition des espèces dites « spécialistes » de certains milieux. Pour ne citer que deux initiatives, l’association agit notamment au travers du projet EleVE, pour une meilleure utilisation des antiparasitaires sur les troupeaux qui sont nocifs pour la petite faune, et sur un programme de création de Refuge LPO, afin que les particuliers et les établissements adoptent des pratiques favorisant la biodiversité.

 

Diminution de 32% de la population d'Hirondelle rustique entre 2002 et 2016

Photos Romain Riols LPO Auvergne