S'identifier
Saisissez votre nom d'utilisateur pour La Ligue pour la Protection des Oiseaux Auvergne.
Saisissez le mot de passe correspondant à votre nom d'utilisateur.

Vous êtes ici

La cohabitation avec les oiseaux


 


 

Cohabitation et danger pour la faune sauvage

Vous devez refaire votre toiture mais un couple d’hirondelles a élu domicile sous votre avant-toit ? Une taupe parsème votre pelouse de monticules de terre ? Vous aimeriez installer une mangeoire ou un nichoir mais vous craigniez que cela soit incompatible avec la présence de votre chat ? Régulièrement, des oiseaux se cognent contre votre baie vitrée ?

La cohabitation peut parfois être difficile et la présence de certaines espèces entraîner des désagréments. A l’inverse, nos activités peuvent être dérangeantes pour la faune sauvage. Pour autant, des solutions et des aménagements peuvent être mis en place afin de mieux-vivre ensemble et de protéger la faune sauvage. Consultez nos nombreuses fiches conseil sur le site mediationfaunesauvage-aura.org dédié à la médiation à la faune sauvage : laissez-vous guider pour trouver celle qui correspond à votre situation ! Vous ne trouvez pas de réponses à votre  question, contactez-nous.

Biodiversité et activités de pleine nature : vous aimez les activités en extérieur ? Eh bien nous aussi ! Pratiquer un sport en pleine nature, il n’y a rien de mieux ! Quelques règles de bonne conduite sont utiles pour un partage de l’espace respectueux de la biodiversité et des milieux.

Le milieu naturel est un milieu exceptionnel et fragile. De nombreuses études scientifiques menées ces dernières années tendent à prouver l'impact des pratiques de sports de nature sur certaines espèces. Certaines d’entre-elles sont plus sensibles au dérangement que d'autres et doivent faire l'objet d'une attention particulière. De manière générale, si jamais vous avez la chance de croiser un animal sauvage lors de vos sorties, il est préférable de chercher à vous en éloigner ou au moins de vous arrêter le temps que l'animal s'éloigne (si l'activité le permet).

Ainsi, afin de concilier votre activité de loisir et le respect de la biodiversité, retrouvez sur notre site conseils et recommandations en fonction des activités sportives suivantes : trail et randonnée, canoé-kayak, escalade, spéléologie, VTT, raquettes, ski alpin, ski de randonnée, vol libre ou encore highline.

Retrouvez l'ensemble de nos fiches conseils afin de cohabiter avec la faune sauvage, ainsi que ceux pour la protéger face aux dangers des activités humaines sur le site https://mediationfaunesauvage-aura.org/

Le site mediationfaunesauvage-aura.org a été élaboré avec le soutien de la Région AuRA et de la DREAL AuRA.

 

Quelques conseils concernant les déconvenues pouvant surgir suite à la présence d’espèces d’oiseaux vivant ou nichant dans des locaux ou à proximité 

Hirondelles, Moineaux, Mésanges peuvent provoquer des désagréments comme des salissures, bruits, etc… Pour les hirondelles, une planchette fixée sous les nids suffit à recevoir les fientes que les jeunes expulsent  pour ne pas salir la garniture du nid. 

 

En ce qui concerne les Moineaux, Mésanges, Etourneaux ou autre cavernicoles (qui nichent dans des trous) il faut boucher l’entrée des cavités possibles pouvant recevoir la nichée. Poser des nichoirs leur évitera (peut être)  de nicher dans vos murs. C’est en février au plus tard qu’il faut effectuer ces travaux car c’est à cette date qu’ils choisissent les emplacement de nid. Par contre si vous vous apercevez qu’il y a un nid à l’endroit où vous allez effectuer des travaux, soit vous pouvez attendre l’envol des jeunes et finir votre bricolage après, soit vous pouvez déplacer le nid si toutefois les jeunes ne sont pas trop gros (ils peuvent quitter le nid précipitamment), le mettre proche de l’emplacement d’origine, visible des parents et à l’abri des prédateurs ; les jeunes en piaillant de faim attireront les adultes. 

Un nid contenant des œufs, s’il est touché, sera systématiquement abandonné

Si vous désirez conserver ces adorables voisins, évitez les dérangements fréquents. La couvaison est la période la plus critique et à laquelle la nichée peut être abandonnée le plus rapidement.

 

En ce qui concerne le jardin, il faut éviter la taille des aies et arbres dans la période de nidification (début avril/fin juillet) et avant de passer la tondeuse, vérifier les tas de feuilles, de branchages et autres petits tas que les animaux affectionnent. 

Les rapaces, surtout les nocturnes, aiment occuper des greniers ou autres batisses. Si vous désirez les conserver, évitez de les déranger. Vous pouvez aussi  leur construire un nichoir. Si ce n’est pas le cas, il faut tout au contraire, les déranger un maximum dès que vous vous apercevez de leur présence et boucher les issues par lesquelles ils pénètrent.   . On peut déplacer des poussins et les mettre dans une caisse, pas loin de l’emplacement primaire. Leurs cris attireront les parents.

 

En résumé si on veut garder les oiseaux chez soi:
  • éviter le dérangement et les visites répétées
  • protéger les installations à proximité
  •  ne pas faciliter l’accès aux prédateurs.

Si toutefois vous ne voulez pas de contraintes dues aux salissures, etc…le  dérangement est recommandé, boucher les entrées de cavités pouvant abriter un nid

mais c’est se priver d’un merveilleux spectacle et vous passer d’un précieux auxiliaire. Passereaux, chouettes, faucons, chauve-souris sont d’efficaces adjoints pour l’équilibre de la biodiversité.

Quelques chiffres clés :
  • on estime qu'un rapace mange en moyenne 4 rongeurs par jour. 4x365 jours= 1460 / ans   , durant la période des poussins cette moyenne augmente  !
  • Une Pispistrelle mange l'équivalent de 3000 moustiques par nuit !