S'identifier
Saisissez votre nom d'utilisateur pour La Ligue pour la Protection des Oiseaux Auvergne.
Saisissez le mot de passe correspondant à votre nom d'utilisateur.

Vous êtes ici

Soigner en 3D

 

 

 

Nous soutenir : 

Donnez vos gouttes sur LILO : https://www.lilo.org/fr/lpo-auvergne-soigner-en-3d/ 

télécharger LILO : http://www.lilo.org/fr/ 

donner sur HelloAsso: https://www.helloasso.com/associations/lpo-auvergne/collectes/lpo-auvergne-soigner-en-3d-1 

 

Accueil, Soins et Relâcher des oiseaux blessés en Auvergne.

Depuis 1995, date de création, le Centre de sauvegarde pour Oiseaux blessés de la LPO Auvergne accueille tous les oiseaux sauvages de la Région Auvergne et de ses abords dans le but de les soigner et de les relâcher. 
Le centre accueille entre 1900 et 2000 oiseaux chaque année, pour 98% d’entre eux à cause des activités humaines (choc véhicules, lignes électriques, choc vitres, fils barbelés, braconnages, dénichage d’oisillons). 
Mais aussi de nombreuses heures sont consacrées au standard téléphonique pour gérer les problèmes de cohabitation avec la faune sauvage et pour les conseils en cas d’oiseaux en détresse. 

Par ses agissements, le centre a différents rôles : 
-Protection animale 
-Protection et sensibilisation à l’environnement 
-Suivi sanitaire de la faune sauvage 
-Formation de bénévoles, stagiaires et organismes publics.

Du matériel pas toujours adapté

Le Centre, comme beaucoup d’autres, a un budget très limité. Il s’occupe d’animaux sauvages, ces derniers coûtant cher en nourriture, il n’est pas toujours évident d’investir plus de budget dans des dispositifs de soins onéreux. De plus, le matériel de soins spécifique à la faune sauvage n’existe pas ou est peu représenté. Chaque centre a donc développé des techniques de contention ou de maintien avec des objets divers : abaisse-langue, seringue coupée, bout de bois, paille et pour les plus chanceux, des bandes pliables en aluminium ou des plaques thermoformables. 

Mais malheureusement, soit ils ne sont pas assez adaptés, soit trop chers, soit longs à mettre en place ou encore limités dans leur utilisation. 

Face à ce constat, nous avons décidé de développer nous-mêmes notre matériel de soins adaptés aux différentes pathologies et espèces.

L’impression 3D au service de la médecine vétérinaire.

Grâce à l’impression 3D, nous allons pouvoir maîtriser toutes les étapes de la conception à la production et notre statut de centre de sauvegarde nous permettra de tester rapidement chaque prototype afin d’arriver à un produit fini rapidement. 

Nous pourrons prendre chaque mesure nécessaire à la conception et créer rapidement l’attelle en fonction de l’oiseau. 

Le produit fini validé par la communauté des centres et opérationnel pourra être produit en grande quantité et distribué auprès des centres de sauvegarde de la faune sauvage gratuitement ou pour un prix peu élevé grâce au coût de production très faible. 

Tout ceci s’inscrit bien sûr dans une vision d’amélioration des soins et donc d’augmentation du taux de relâcher. Mais aussi dans une vision anti-gaspillage, puisque chaque outil et chaque attelle sera lavable et réutilisable, le tout imprimé avec du PLA (polymère de Maïs) biodégradable (compost) et recyclable

Des gouttes pour faire pousser le progrès

Chaque goutte d’eau permettra de faire pousser ce projet, afin de financer l’imprimante 3D (environ 3000€) ainsi que des bobines de matière pour la création des différents objet médicaux (environ 25€ une bobine de 750g de PLA et 50€ pour une bobine de 750g de PLA Flexible) ainsi que d'un ordinateur pour la modélisation (entre 600€ et 700€)