S'identifier
Saisissez votre nom d'utilisateur pour La Ligue pour la Protection des Oiseaux Auvergne.
Saisissez le mot de passe correspondant à votre nom d'utilisateur.

A la une : Rédaction du nouveau plan de gestion

18/07/2017

Tous les 5 ans, le conservateur d’une Réserve vit une période de remue méninge. C’est à ce rythme qu’il est « invité » à écrire le plan de gestion de la Réserve, document cadre pour les 5 ans à venir. 2017 n’échappe pas à la règle.

Le canevas officiel imposé des nouveaux plans de gestion a été profondément modifié depuis notre dernier plan. Tout est maintenant dirigé par une exigence : au terme des 5 ans il est impératif de savoir mesurer les évolutions et pas simplement comme par le passé de déterminer les tendances. Le travail demande donc beaucoup de logique et de rectitudes.

Anne Douard, chargée de mission de Réserve Naturelles de France et conceptrice du fameux « tableau de bord », clef de voûte de l’ « édifice plan de gestion », est venue nous aider deux jours en mai pour engager le travail sur de bons rails. Une fois la stricte démarche bien comprise, le tableau de bord et la section descriptive ont été rédigés dans la foulée. Un premier manuscrit destiné aux administrations est « sorti » début juillet.

Une réunion de présentation et d’échanges a eu lieu le mardi 4 juillet à l’ENVA à Moulins avec les services de l’Etat (DDT, DREAL). Ce fut l’occasion de discuter des grands enjeux identifiés de la Réserve et des propositions d’actions sur les cinq prochaines années.

Chantier de nettoyage : l'ADSEA toujours au rendez-vous

18/07/2017

L’ADSEA  (Association Départementale de Sauvegarde de l’Enfance et de l’Adolescence) est devenue au fil du temps un de nos plus importants partenaires. Jugez-en par vous-même ! Cette année, elle a prévu deux chantiers, d’une semaine chacun, par équipe de six ou sept jeunes. Ils s’organiseront autour du nettoyage de plusieurs méandres et bras morts de la rivière. Le premier s’est déroulé début juillet et le second est prévu début août.

Voilà plusieurs années que cette association nous offre ses services. C’est elle qui nous a débarassé de plusieurs kilomètres de clôtures rouillées devenues dangereuses pour les randonneurs et les canoéistes lorsqu’elles sont tombées à l’eau. C’est elle aussi qui, par cinq ou six fois déjà, est intervenue pour nettoyer les plages des Girodeaux, des Pacages, des Echerolles, de la Jolivette… exportant à chaque reprise des centaines de kilos de plastique, de verre et autres détritus. Ou comment conjuger insertion sociale et professionnelle et protection de l’environnement.

Information publique : dates des battues administratives 2017

20/01/2017

Le calendrier prévisionnel des prochaines battues est le suivant : 

Janvier : 5 et 18

Février : 9 et 16

Mars : 9, 16, 23, 30

Ce calendrier est susceptible d’évolutions notamment en cas de conditions climatiques très défavorables ou d’impondérables.

Une battue exceptionnelle, dédiée aux secteurs proches de la RN79 sur les communes de Toulon sur Allier, Bessay sur Allier, Chemilly, est prévue le dimanche 29 janvier 2017.

Nous vous invitons à tenir compte de la signalisation sur le terrain et d'adapter votre parcours.

 

La Réserve se dote d'un schéma de valorisation

29/11/2016

Dans le cadre de l’élaboration du 3ème plan de gestion de la Réserve Naturelle Nationale du Val d’Allier, l’Etat ainsi que la LPO et l’ONF, gestionnaires de la Réserve naturelle du Val d’Allier ont  souhaité  ancrer  la Réserve  dans  son  territoire local.  Pour  ce  faire,  des réunions de concertation ont eu lieu durant l’été 2015. En matière d’accueil et de valorisation, les attentes sont nombreuses et les gestionnaires ont souhaité se doter d’un schéma de valorisation afin de disposer d’un outil de cadrage et de planification pour les années à venir.

La Réserve est-elle accessible ? Comment y accéder ? Quelles activités peut-on y pratiquer ?

L’enjeu de ce schéma est de répondre à ces attentes, pour les locaux mais aussi, pour les prescripteurs touristiques  (hébergeurs,  offices  de  tourisme,  commerçants….)  à  travers  la  mise  en  place  d’une  offre qualitative pour le grand public. 

Avec aujourd’hui 26 points d’entrée, un milieu riche mais difficile d’accès, la Réserve a aussi depuis 20 ans construit quelques points d’attractivité. La stratégie développée dans ce schéma consiste donc à améliorer et à rendre visible une offre souvent déjà existante mais peu ou mal connue. Ce programme proposé pour 2016-2020 se veut réaliste afin que sa première phase de mise en œuvre soit lancée dans les meilleurs délais.

10 points d’accès sont proposés par ce schéma, choisis pour leurs aménagements existants, leurs fréquentations et leurs enjeux de protection mais aussi de développement touristique. Pour chacun d’entre eux, un descriptif des aménagements à réaliser avec contraintes, priorités et coûts estimatifs est présenté.

Un programme d’aménagement de signalétique sera aussi décliné depuis les principales routes jouxtant le territoire et les centres bourgs des 9 communes de la Réserve pour la faire connaître et en faciliter l’accès. Enfin, chaque site disposera également de sa propre signalétique d’information locale. Afin de promouvoir cette offre globale, des actions de communication et de sensibilisation sont proposées en complément.

 

Document(s) à télécharger 

3ème plan de gestion : phase préparatoire

03/02/2016

Lors du dernier comité consultatif réuni en avril 2015, la LPO Auvergne et l’ONF, gestionnaires de la RNN du Val d’Allier ont présenté un extrait du bilan du second plan de gestion. Les 20 ans de la réserve, fêtés en 2014, et le début de la rédaction du 3e plan de gestion 2017-2021 initie une nouvelle dynamique plus partenariale.

Une 1ère initiative s’organise autour d’un entretien avec chacun des maries des 9 communes situées sur la RNN du Val d’Allier (les 25-26 juin 2015 et le 1er juillet 2015). L’objectif de ces réunions est de recueillir les avis, projets et attentes de chacun autour et éventuellement dans la RNN. Ainsi le nouveau plan de gestion devient un véritable projet de développement du territoire.

Les institutions référentes de l’Etat (DREAL Auvergne et DDT de l’Allier) y participent, associées au conservateur et à la direction de la réserve (LPO Auvergne).

La 2ème initiative consiste en des réunions de groupes de travail rassemblant, par thématiques, les différents acteurs locaux et les usagers :

  • Le 1er juillet 2015 à Chatel-de-Neuvre, « Loisirs nature-Tourisme » ;

  • Le 30 juillet à Moulins à la DDT, « Activités de la Pêche » ;

  • Le 4 septembre 2015 à Bessay-sur-Allier, « Agriculture et syndicat des eaux » ;

  • Le 5 septembre 2015 à Contigny, « Suivis scientifiques et naturalistes ».

Sur la base des réflexions développées lors de ces différentes concertations, les gestionnaires de la RNN et les services de l’Etat élaborent un premier projet de valorisation de la RNN du Val d’Allier. Celui-ci est ensuite exposé lors d’une réunion d’échanges avec les maires des 9 communes de la RNN présidée par Monsieur le Préfet de l’Allier.

Cette présentation fait la synthèse de la concertation mise en place par les gestionnaires de la RNN et liste les premières propositions de valorisation de la réserve par grandes thématiques. Ces premières pistes consistent en l’identification d’accès privilégiés à la RNN du Val d’Allier, à une ébauche de tracés de futurs sentiers pédestres, à la proposition d’une mise en place d’une signalétique d’accès jusqu’aux limites de la RNN et en une amélioration de la communication existante.

Ce programme sera pris en compte dans la rédaction du nouveau plan de gestion, document cadre des 5 prochaines années.

Le lien avec les maires et les membres des groupes thématiques sera maintenu grâce à une réunion annuelle. Il a pour vocation d’évaluer au fur et à mesure la mise en place des différentes actions envisagées.

Signature d'une charte à la Réserve Naturelle du Val d'Allier

28/05/2015

La Réserve Naturelle Nationale du Val d’Allier est devenue une unité française de conservation des ressources génétiques du peuplier noir et de l’orme lisse.

A l’occasion de la signature d’une charte, le mercredi 27 mai, la Réserve Naturelle Nationale du Val d’Allier (03) est devenue, avec la Réserve Naturelle Nationale de St-Mesmin (45),  l’une des deux unités françaises de conservation des ressources génétiques du peuplier noir et de l’orme lisse. Marc Villar, Animateur du réseau Peuplier noir de la CRGF (La Commission nationale des ressources génétiques forestières) et Eric Collin, Animateur du réseau « ormes » de la CRGF ont présenté une charte qui engage une étape majeure d’un processus entamé, en 2005, entre l’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique), les  Réserves Naturelles de France et le plan Loire Grandeur Nature.

Ce qui est normal pour un Bourbonnais est exceptionnel pour les autres ! Pour chacun, ici, le peuplier noir est à la base du paysage du val d’Allier. Associé aux saules, il crée les cordons boisés autour des berges des grandes rivières.

Cependant, il est devenu très rare en Grande Bretagne, Irlande, Belgique…; sur la Seine.

Un autre arbre, l’Orme lisse, disséminé à l’unité ou sous forme de quelques dizaines de pieds, peut passer inaperçu. Il se cantonne dans les secteurs plus ou moins inondables des forêts alluviales généralement en mélange avec le Peuplier noir et le Saule blanc.

Une cause commune menace les peupliers noirs et les ormes lisses. Le renouvellement des générations ne s’effectue presque plus faute d’habitat pionnier par altération de la dynamique fluviale. La destruction ou la fragmentation de la forêt riveraine, les enrochements de berges, l‘abaissement de la nappe sont souvent aussi en cause.

A cela s’ajoute pour chacun des deux arbres une menace bien spécifique.

Notre peuplier indigène se croise très facilement avec les hybrides nord-américains des peupleraies artificielles. Vu l’étendue de ces peupleraies plantées (le long de la Loire, de la Saône, du Rhin, etc.), l’hybridation concerne presque toutes les populations du peuplier noir autochtone. Sont ainsi mis en péril la qualité et la diversité de la ressource génétique de cet arbre localement si commun.

Une autre source de raréfaction affecte l’Orme lisse : il s’agit de l’épidémie de graphiose. Cette maladie est provoquée par un champignon microscopique (Ophiostoma novo-ulmi, d’origine américaine), qui se développe dans les vaisseaux de l’arbre. Elle entraîne la mort des ormes sensibles, généralement en moins de 2 ans. Suite à la virulente épidémie des années 1970, on considère que 80 % des ormes (surtout le champêtre mais aussi le lisse) ont disparu en France.

 

 

 

Document(s) à télécharger 

Pages