S'identifier
Saisissez votre nom d'utilisateur pour La Ligue pour la Protection des Oiseaux Auvergne.
Saisissez le mot de passe correspondant à votre nom d'utilisateur.

Protection des milieux pionniers et subpionniers : Un enjeu déterminant

18/07/2017

Il s’agit d’exclure du pâturage les milieux les plus jeunes, avenir de la Réserve. Sont concernés : les plages minérales, les secteurs sableux avec une végétation annuelle ou biannuelle, les pelouses à orpins, celles à corynéphores ainsi que les boires et leurs berges.

Depuis 2016, des accords ont été passés avec les agriculteurs pour que les troupeaux évitent de pâturer et de piétiner ces zones typiques du paysage ligérien et de grande valeur patrimoniale. La mesure est bien comprise par les éleveurs. La plupart a posé une clôture pour diviser l’espace en deux usages, l’un protégé du bétail, l’autre brouté. La mise en place de clôtures se poursuit cette année après de nouvelles visites communes sur le terrain. Plus de 100 hectares se rapprochent ainsi d’une naturalité en évitant un piétinement qui était parfois intensif.

Etudes ornithologiques : Que de nouveautés !

18/07/2017

2016 est remarquable au point de vue de la connaissance de l’avifaune « passereaux » grâce à l’entame d’une étude intensive par François Guélin, ex-président et bénévole toujours très actif de la LPO-Auvergne. Une nouvelle méthodologie (et beaucoup de temps sur le terrain) apporte des données toutes nouvelles.

Voici un court résumé pour la période hivernale (Premiers résultats de dénombrement par Distance Sampling des populations hivernantes de passereaux communs dans la RNNVA. Le Grand-Duc, 84 : 86-103) :

« La méthode du Distance Sampling est appliquée dans la Réserve pendant l’hiver 2015-2016. Neuf transects en ligne couvrant l’ensemble des gradients des milieux alluviaux, et totalisant 7 km sont effectués par 3 fois en notant sur la carte les distances observateur/oiseaux. Au final, les populations du secteur prospecté (242 ha) sont estimées et une extrapolation à l’ensemble des 1 450 hectares de la Réserve est possible.

Les espèces les plus abondantes sont le Merle noir (71 individus par km²), le Troglodyte (32 ind./km²), le Rouge-gorge (22 ind./km²), la Mésange charbonnière (21 ind./km²), l’Accenteur mouchet (15 ind./km², ci-contre), la Mésange à longue queue (16 ind./km²). La densité totale est estimée au maximum à 400 passereaux par km², mais cet hiver fut particulièrement doux ».

L’auteur a ensuite poursuivi toute l’année, accumulant des résultats jamais atteint auparavant !

Les 9 transects

Rencontres : La concertation locale se poursuit

18/07/2017

Pour la 3ème année consécutive, un entretien avec chacun des maires des 9 communes situées sur la RNN du Val d’Allier se sont déroulées en juillet. L’objectif de ces réunions est de recueillir les avis, projets et attentes de chacun autour et, éventuellement, dans la RNN. Ainsi le nouveau plan de gestion devient un véritable projet de développement du territoire.

Les institutions référentes de l’Etat (dreal Auvergne-Rhône-Alpes et ddt de l’Allier) y étaient invitées, associées aux gestionnaires de la Réserve (LPO Auvergne et ONF).

Réunion : Le Comité scientifique LPO Auvergne et la Réserve

18/07/2017

Le Comité scientifique LPO Auvergne s’est réuni le 17 mai après-midi à l’Espace Nature du Val d’Allier au sujet de la Réserve. Plusieurs thèmes ont été abordés dont l’état d’avancement du prochain plan de gestion, la mise en place du schéma de valorisation, les suivis scientifiques et les premières opérations réalisées sur le terrain. La proposition d’une étude ornithologique des grands massifs de prunelliers est retenue tout comme la poursuite des comptages balbuzards en migration (opération bien réussie par le passé), des « huttes » de castors et l’amélioration des recensements des grues lors de l’hivernage.

A la une : Rédaction du nouveau plan de gestion

18/07/2017

Tous les 5 ans, le conservateur d’une Réserve vit une période de remue méninge. C’est à ce rythme qu’il est « invité » à écrire le plan de gestion de la Réserve, document cadre pour les 5 ans à venir. 2017 n’échappe pas à la règle.

Le canevas officiel imposé des nouveaux plans de gestion a été profondément modifié depuis notre dernier plan. Tout est maintenant dirigé par une exigence : au terme des 5 ans il est impératif de savoir mesurer les évolutions et pas simplement comme par le passé de déterminer les tendances. Le travail demande donc beaucoup de logique et de rectitudes.

Anne Douard, chargée de mission de Réserve Naturelles de France et conceptrice du fameux « tableau de bord », clef de voûte de l’ « édifice plan de gestion », est venue nous aider deux jours en mai pour engager le travail sur de bons rails. Une fois la stricte démarche bien comprise, le tableau de bord et la section descriptive ont été rédigés dans la foulée. Un premier manuscrit destiné aux administrations est « sorti » début juillet.

Une réunion de présentation et d’échanges a eu lieu le mardi 4 juillet à l’ENVA à Moulins avec les services de l’Etat (DDT, DREAL). Ce fut l’occasion de discuter des grands enjeux identifiés de la Réserve et des propositions d’actions sur les cinq prochaines années.

Chantier de nettoyage : l'ADSEA toujours au rendez-vous

18/07/2017

L’ADSEA  (Association Départementale de Sauvegarde de l’Enfance et de l’Adolescence) est devenue au fil du temps un de nos plus importants partenaires. Jugez-en par vous-même ! Cette année, elle a prévu deux chantiers, d’une semaine chacun, par équipe de six ou sept jeunes. Ils s’organiseront autour du nettoyage de plusieurs méandres et bras morts de la rivière. Le premier s’est déroulé début juillet et le second est prévu début août.

Voilà plusieurs années que cette association nous offre ses services. C’est elle qui nous a débarassé de plusieurs kilomètres de clôtures rouillées devenues dangereuses pour les randonneurs et les canoéistes lorsqu’elles sont tombées à l’eau. C’est elle aussi qui, par cinq ou six fois déjà, est intervenue pour nettoyer les plages des Girodeaux, des Pacages, des Echerolles, de la Jolivette… exportant à chaque reprise des centaines de kilos de plastique, de verre et autres détritus. Ou comment conjuger insertion sociale et professionnelle et protection de l’environnement.

Pages